Terre libre. Les Pionniers

Terre libre. Les Pionniers
Terre libre. Les Pionniers
Auteur : GRAVE Jean
Titre : Terre libre. Les Pionniers
Disponibilité : En Stock
Prix : 15,00€
Qté :  

S’il ne jouit certes pas de la réputation d’une Louise Michel, Jean Grave (Le Breuil-sur-Couze, Puy-de-Dôme, 1854 - Vienne-en-Val, Loiret, 1939) n’en fut pas moins une des grandes figures de l’anarchisme français de la fin du xixe et du début du suivant, principalement par sa participation active à la vie de l’hebdomadaire Les Temps nouveaux et la rédaction de plusieurs essais théoriques, dont La société mourante et l’anarchie ou L’Anarchie. Son but. Ses moyens. Écrit en 1904, le récit Terre libre parut aux éditions des Temps nouveaux en 1908. C’est le second ouvrage écrit par Jean Grave pour la jeunesse, après Les Aventures de Nono, publié en 1901. Le type de récit choisi par lui relève de ce que Marx baptisa du nom de « robinsonnade », en référence au livre fondateur de Daniel Defoe. Le vaisseau qui fait ici naufrage, l’Aréthuse, faisait route vers la Nouvelle-Calédonie, avec à son bord des hommes, des femmes et des enfants en grande partie condamnés pour désobéissance à l’autorité patronale et policière. L’arrivée des naufragés sur une terre « libre » de toutes traditions et coutumes va offrir à Jean Grave la possibilité de créer une société nouvelle avec de nouvelles règles. Cependant, la force et l’actualité du récit viennent essentiellement du refus du manichéisme et de la simplicité des choix qui s’imposent aux habitants de la « terre libre », les « Terrelibériens ». En effet, pour vivre, ils devront répondre à toute une série de choix qui s’imposent à eux : comment survivre en cultivant des terres, comment instaurer une société sans règles coercitives et sans lois arbitraires, comment respecter la nature et son environnement, comment permettre à chacun de vivre selon ses convictions ? Cependant, Jean Grave ne propose ni une utopie ni un modèle. Le plus important pour lui est de montrer que cette société ne sera que ce que voudront en faire les Terrelibériens. La force du roman est dans ce possible, cette force de la volonté de l’individu pour s’extraire de ces présupposés afin de créer, s’il le veut, une nouvelle société.

Écrire un avis

Évaluation : Mauvais Bon
Saisir le code ci-dessous :

Etiquettes :